Coin Lecture

Au  SELouverture, nous agissons au niveau Local pour nous simplifier la vie et créer de la convivialité autour de Nous. 
Nous observons aussi le monde tel qu'il est , et nous réfléchissons à ce qu'il pourrait devenir. Nous zoomons sur ceux qui essayent de l'améliorer par des initiatives concrètes et par un autre mode de pensée. 
Vous trouverez un peu de tout dans notre "Coin Lecture" , mais les articles concernant le fonctionnement des monnaies locales, sociales et complémentaires, les Système d'Echanges Locaux (SEL) ou expériences similaires (liées à l’échange),  sont souvent au cœur de notre revue du WEB.
Vous pouvez aussi contribuer et ajouter votre grain de SEL à notre point de vue : Contactez Jamy

Monnaies sociales et solidarités nouvelles : le cas de l’Accorderie

publié le 13 sept. 2012 à 01:06 par SELouverture Bruxelles   [ mis à jour : 13 sept. 2012 à 01:07 ]

Une innovation sociale québécoise s’invite depuis quelque temps en France. Son originalité tient au couplage des trois dispositifs qui apparaissent d’ordinaire séparément : la monnaie-temps, le crédit solidaire et le groupement d’achat.
Article de l'Institut Veblen pour les reformes économiques.

Lien vers l'article complet en PDF

Consommer sans acheter. C’est possible ! par Ghizlaine Kounda

publié le 16 août 2012 à 09:04 par SELouverture Bruxelles   [ mis à jour : 16 août 2012 à 09:04 ]

Près de 7 000 Belges adhèrent déjà au Système d’échange local (SEL). Un mouvement citoyen qui redéfinit les règles sociales et économiques.
A force d’aider les autres, Marc Honorez avait le sentiment d’être la bonne poire. "On ne me renvoyait pas souvent l’ascenseur !" Et puis, un jour, il entend parler du Système d’échange local (SEL), un réseau qui permet de généraliser les échanges de services et de biens entre citoyens. En 2010, il crée alors l’Unis-vers-SEL à Jodoigne. Aujourd’hui, ce réseau compte 83 familles. Deux à trois échanges de biens et services se font en moyenne par jour. L’un aide à plafonner le mur d’un autre, qui donne à son tour des conseils en informatique à un tiers, en échange d’une perceuse...

La suite sur La Libre.be

Le Système d’échange local pourrait inspirer l’évolution du système économique.

publié le 16 août 2012 à 08:57 par SELouverture Bruxelles   [ mis à jour : 16 août 2012 à 08:58 ]

Marc Luyckx Ghisi, membre du SEL de Beauvechain, est aussi un visionnaire averti. Il a conseillé pendant dix ans Jacques Delors et Jacques Santer à la "Cellule de prospective" de la Commission européenne. Selon lui, le SEL donne des indications sur les prochaines évolutions du système économique.

En quoi le SEL est-il un modèle de changement socio-économique ?

C’est un système qui intègre une monnaie non bancaire, c’est-à-dire non créée par les banques, à l’instar des monnaies alternatives qui circulent déjà dans notre économie : par exemple, les "Miles" émis par les compagnies aériennes, ou les points offerts par les grandes surfaces En octroyant ces points, les entreprises créent de la monnaie qu’elles donnent aux consommateurs, qui peuvent à leur tour l’échanger pour obtenir des produits, par exemple des voyages ou des casseroles. Parfois aussi des réductions de prix C’est ce que j’appelle une monnaie "post-industrielle". Il est probable qu’à l’avenir elle remplace la monnaie bancaire.

La suite sur La Libre.be

Monnaies alternatives locales : pile ou face ?

publié le 25 juin 2012 à 01:43 par SELouverture Bruxelles

De Londres à Athènes en passant par Toulouse, l’Europe est secouée par une sorte d’euphorie monétaire. Tout le monde veut frapper sa monnaie ! Un défi aux Eurocrates ? Sans-doute. Une réponse à la crise ? Peut-être. Première partie du panorama de ce phénomène qui ne connaît pas de frontières.
La suite sur le site : http://www.cafebabel.fr

France Culture, 4 février 2012 : Terre à terre, Les monnaies complémentaires

publié le 9 févr. 2012 à 10:33 par SELouverture Bruxelles   [ mis à jour : 16 févr. 2012 à 10:46 ]

Interview de Bernard Lietaer, économiste et universitaire belge, et auteur notamment de « Au cœur de la monnaie » (Yves Michel, 2011)
Le lien pour écouter l'émission http://www.franceculture.fr/emission-terre-a-terre-les-monnaies-complementaires-2012-02-04

La Première, 1er février 2012 : Tout Autre Chose, Oser désobéir à l'argent !

publié le 6 févr. 2012 à 02:39 par SELouverture Bruxelles   [ mis à jour : 6 févr. 2012 à 02:46 ]

Présentation : Véronique Thyberghien
Invités : Jean-Luc Roux, chercheur, formateur et animateur en neurosciences et Eric Theunis accompagnateur en développement personnel et entrepreneur social, cofondateur du "Hub-Brussels"
 
Lien direct de téléchargement : http://podaudio.rtbf.be/pod/lp-tac_tout_autre_chose_-_012f022f2012_-_oser_d_11077939.mp3
Clic droit : "Enregistrer la cible du lien sous" ou Cliquer sur le lien et "enregistrer la page sous"

Vous n'avez pas d'argent ? Créez-le !

publié le 6 févr. 2012 à 02:24 par SELouverture Bruxelles   [ mis à jour : 6 févr. 2012 à 02:28 ]

Vous avez du mal à terminer vos fins de mois? Votre compte en banque est désespérément vide? Si vous aviez vécu au XIXe siècle, Guizot vous aurait sans doute lancé son fameux: «Enrichissez-vous!». En ce début de XXIe siècle, certains ont une solution encore plus simple: «Si vous n'avez pas assez d'euros, créez votre propre monnaie.»
La suite sur www.slate.fr, Article de Catherine Bernard

Lancement de la Minuto à Braine-le-Comte

publié le 18 janv. 2012 à 04:10 par SELouverture Bruxelles   [ mis à jour : 18 janv. 2012 à 04:16 ]

Une délégation du SELouverture était présente à cette soirée de lancement le mardi 10 janvier 2012.
L'article de la Nouvelle-Gazette sur le site http://www.monnaie-blc.be
Nous souhaitons beaucoup de succès à Laurent avec ce projet qui vise à dynamiser l'économie locale.

France Inter, 29 décembre 2011 : Peut-on se passer d'argent ?

publié le 3 janv. 2012 à 01:33 par SELouverture Bruxelles

Durée : 00:54:21 - Emission "Service public" - par : Thomas Chauvineau - Invités : Gérard Depeyrot, Alain Testart, Jerôme Blanc
Gérard DEPEYROT, historien, spécialiste de la monnaie
Alain TESTART , anthropologue, auteur de l'ouvrage " Critique du don : études sur la circulation non marchande ", ed. Syllepse.  
Jérôme BLANC (en duplex de Lyon), Maître de conférences en économie à l' Université Lumière Lyon 2, il a dirigé l'ouvrage " Exclusion et liens financiers : monnaies sociales : rapport 2005-2006" (Ed. Economica).

L’homme économique et le sens de la vie

publié le 15 déc. 2011 à 03:38 par SELouverture Bruxelles   [ mis à jour : 15 déc. 2011 à 05:13 ]

Petit traité d’alter-économie
de Christian Arnsperger - (éd Textuel- www.editionstextuel.com)

(…)  une critique anthropologique et existentielle du capitalisme.
    Critique anthropologique : nos objections au capitalisme vont devoir s’ancrer de plus en plus dans une réflexion sur l’humain, sur la condition humaine, sur ce qui nous permet d’être humains les uns envers les autres ou nous en empêche. Critique existentielle : nos révoltes envers le capitalisme auront à s’enraciner de plus en plus dans notre quête d’un sens de l’existence, d’un rapport heureux à nous-mêmes et entre nous. On peut paraphraser le mot « anthropologique » par ayant un rapport avec la question de l’humain et par ayant un rapport avec le sens de la vie. (…)

(…) Coupé de son environnement naturel et de sa socialité, l’être humain devient un « être capitaliste » dan son organisme, dans ses réflexions intimes, dans sa vision de lui-même, dans sa culture. Nous, êtres capitaliste, avons fini par nous résigner à une version étriquée des grandes visées de liberté de l’homme. Nous avons troqué la peur de la misère d’antan contre un système qui inscrit la croissance matérielle et financière dans sa logique même et fait de nous des rouages de cette croissance obligatoire. (…)

(…)Se dessine (…) cette étrange tension entre les niveaux individuel et social : si le rapport de l’individu à sa richesse et à celle des autres est en général trouble  et aisément porteur de pathologie, la gestion collective de la richesse est, quant à elle, vue comme essentiellement porteuse de la santé, voire  du « salut », du corps social. (…)

(…) La psychologie du manque et la métaphysique de la croissance, enracinées dans la hantise atavique de l’abjection et de l’animalité, sont devenues au fil du temps des composantes essentielles de notre « inconscient historique ».
(…) Tout l’enjeu d’une nouvelle conception de la richesse est de comprendre comment nous pouvons mettre en place de façon lucide et délibérée, des principes de vie différents qui puissent transformer l’angoisse du manque en facteur de solidarité et de lâcher-prise.(…)
Pour faire émerger une autre économie, il faudra donc lutter conjointement contre les facteurs existentiels personnels qui engendrent le consumérisme et contre les rapports de force structurels qui lient la création monétaire à l’expansion du crédit bancaire. (…)

(…) Il nous faut donc impérativement, aujourd’hui, une citoyenneté existentielle , çàd des citoyens qui comprennent que l’économie n’est pas qu’une question de chiffres ou de besoins matériels, mais de rapport à l’existence , une question de sens de la vie(…)
(…) L’expérimentation existentielle concerne ce qu’on appelle en psychologie la subjectivation : l’être libre qui vit son existence comme une expérimentation vitale s’engage dans un « devenir-sujet ». C’est un itinéraire personnel, mais qu’il est impossible d’emprunter sans  son entourage, sans voisinage, sans famille, sans compagnie. La subjectivation est intersubjective et, à ce titre, elle nécessite une insertion collective. Vivre une libre expérimentation existentielle, c’est avoir besoin d’une collectivité d’expérimentation.

(…) Le nouveau citoyen entrepreneur doit devenir conscient de ce que les principes de vie régnants ne lui permettent pas d’atteindre l’intégration existentielle, de porter et de transformer ses angoisses dans un réel projet d’humanisation. Comment ce citoyen pourra-t-il aller au-delà vers ces nouveaux principes de vie ? Questionner réellement le mode d’existence capitaliste ne peut se faire que si l’on est suffisamment libre d’adopter un autre, de faire l’expérience vécue d’uen autre existence. La liberté réelle du citoyen de réfléchir d’une façon critique sur le système dans lequel il vit doit déboucher sur la liberté réelle d’organiser sa vie économique et sociale comme il l’entend- avec d’autres, bien entendu, donc en collectivité.
(…) Egaliser les chances, cela devrait consister surtout à rendre réellement possible l’avènement d’autres logiques socioéconomiques, à travers des communautés d’expérimentations garantes de la subjectivation des personnes. C’est une chose que l’actuelle social-démocratie néolibéralisée, qui lie les droits sociaux à la participation (fût-elle indirecte ou même virtuelle) aux mécanismes capitalistes, ne permet pas.(…)

(…) la transition vers les principes de vie « libérés » renvoie à une certaine frugalité. Sur fond d’une contraction économique non choisie- car imposée par la détérioration de la biosphère- notre génération et les suivantes devront inévitablement créer et mettre en œuvre des modes de vie plus frugaux. Notre grande tâche culturelle dans les décennies à venir sera de consentir librement aux contraintes mais aussi aux nouvelles possibilités d’une certaine frugalité et de rechercher des modes d’existence économique où notre liberté pourra s’exprimer hors des cages de fer aliénantes de l’opulence capitaliste.C’est notamment ce but qu’affirmer le principe de simplicité volontaire 5…°
(…) la racine latine du mot frugalité signifie un « usage plein et fructueux des ressources »(…)

(…) le capitalisme nous fait prendre nos envies passagères pour des besoins urgents et impératifs. Défaire cette confusion, orienter notre énergie de vie vers un Désir qui ne se confonde plus avec l’envie déguisée en besoin : voilà la tâche clé de l’intégration existentielle. Il s’agit essentiellement d’une modification du ressort du désir humain.

-2011-

Christian Arnsperger est maître de recherche au Fonds national belge de la Recherche scientifique (FRS-FRNS) et professeur à l’université de Louvain où ilest rattaché à la Chaire Hoover d’éthique économique et sociale et au CriDis.

Pour aller plus loin
http://www.uclouvain.be/11510.html

http://www.uclouvain.be/chaire-hoover.html

http://www.uclouvain.be/cridis.html

http://www.videobaz.be/2010/03/sur-la-decroissance-une-conference-de-christian-arnsperger/

bibliographie complète
http://www.uclouvain.be/8588.html

1-10 of 18